Polémiquons

Débats et polémiques sans censure
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 différence entre discussion-polémique

Aller en bas 
AuteurMessage
leyas

avatar

Nombre de messages : 910
Localisation : LIGNON
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: différence entre discussion-polémique   Ven 27 Mai - 11:57

QUelles différences y a-t-il selon vous entre une discussion et une polémique?

PS:j0ai fait exprès de choisir le forum "philosophie". POur ne pas avoir seulement des réponses avec des définitions du dico. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hobbes

avatar

Nombre de messages : 3257
Date d'inscription : 24/06/2004

MessageSujet: Re: différence entre discussion-polémique   Ven 27 Mai - 12:18

Citation :
POLÉMIQUE, subst. fém. et adj.
--------------------------------------------------------------------------------

POLÉMIQUE, subst. fém. et adj.
I. Subst. fém. Discussion, débat, controverse qui traduit de façon violente ou passionnée, et le plus souvent par écrit, des opinions contraires sur toutes espèces de sujets (politique, scientifique, littéraire, religieux, etc.); genre dont relèvent ces discussions. Engager, poursuivre une polémique avec qqn; aimer la polémique; faire de la polémique. Dites bien, je vous supplie, à vos bons parents qu'ils ne s'inquiètent de rien avec moi, qu'ils ne se croient pas obligés de gêner les polémiques littéraires ou politiques qu'ils pourraient juger nécessaires contre moi dans la nouvelle position où mes ennemis de toute nature et de tous rangs m'ont placé (HUGO, Corresp., 1832, p.516). Cette polémique que je viens d'avoir avec André Gide aura du moins eu l'intérêt, et pour moi-même, d'amener à la clarté les difficultés et les contradictions dans lesquelles se sont débattus cette année bien des intellectuels et des écrivains (GUÉHENNO, Journal «Révol.», 1937, p.85):
1. Il n'y a pas de vie sans dialogue. Et sur la plus grande partie du monde, le dialogue est remplacé aujourd'hui par la polémique. Le
XXe siècle est le siècle de la polémique et de l'insulte (...) Des milliers de voix jour et nuit, poursuivant chacune de son côté un tumultueux monologue, déversent sur les peuples un torrent de paroles mystificatrices, attaques, défenses, exaltations.
CAMUS, Actuelles I, 1948, p.258.

II. Adj. Qui est relatif, qui appartient à la polémique; qui se réclame du caractère de la polémique. Article, attitude, critique, écrit, écrivain, langage, style, ton polémique. Voilà la dernière fois que je t'entretiens sur cet objet; il doit régler ma conduite selon tes voeux, mais il ne doit plus être l'objet d'une discussion polémique (STAËL, Lettres jeun., 1790, p.407). M. Hamon n'approuvait pas les publications toutes polémiques, telles que Les imaginaires de Nicole, qui se poursuivaient alors; il y trouvait plus d'épines que de moelle nourrissante (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.4, 1859, p.197):

2. L'attitude d'un laïque et d'un libre penseur, qui, sans préoccupation polémique, étudie le divin, est peut-être bien ce qu'il y a de plus étranger à notre goût français.
BARRÈS, Voy. Sparte, 1906, p.25.

SÉMIOT. Principe, structure polémique. Principe, structure sur lesquels repose l'organisation narrative du discours quand elle est faite de confrontations d'idées (d'apr. GREIMAS-COURTÉS 1979).
REM. Polémiquement, adv. De façon polémique. Cicéron s'efforce de convaincre l'auditeur que la peur de la mort n'est pas justifiée, même chez ceux qui la croient définitive. Il reprend donc polémiquement l'argument d'Épicure contre les épicuriens (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p.50).
Prononc. et Orth.: []. Ac. 1718: polemique; dep. 1740: -lé-. Étymol. et Hist.1. 1578 chanson polémique «guerrière» (VIGENERE, Philostr., fo 24 ro ds GDF. Compl.); 1584 adj. «qui appartient à la dispute, par écrit» (BENEDICTI, Somme de pechez, 3e édit., 1595, p.425 ds Fr. mod. t.6, p.173); 2. 1619 subst. «discussion, controverse par écrit» (D'AUBIGNÉ, Trag., préf. ds GDF. Compl.). Empr. au gr. «qui concerne la guerre», «disposé à la guerre», «batailleur, querelleur». Fréq. abs. littér.: 351. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 463, b) 500; XXes.: a) 445, b) 561. Bbg. GALL. 1955, p.XVIII, pp.73-74.


Citation :
DISCUSSION, subst. fém.
A. Action de discuter, d'examiner en faisant preuve d'esprit critique; p. méton. débat au cours duquel un ou plusieurs interlocuteurs échangent des arguments contradictoires sur une question. Discussion d'un point de doctrine; donner matière à discussion; discussion d'un projet de loi :
1. Le troisième, que l'université ne proposait que comme un moyen extrême, c'était un concile général; mais elle semblait elle-même redouter l'esprit de faction, qui pourrait en animer les discussions.
BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 2, 1821-24, p. 124.

2. Les projets et les plans incompatibles en dynamique ne sont pas brutalement rendus compatibles ou concourants dans une lutte pure; ils sont orientés, coordonnés, arbitrés dans des procédures de consultations, de discussions, de compromis féconds.
PERROUX, L'Écon. du XXe s., 1964, p. 399.

Entrer en discussion. Venir à être discuté.
Spéc., DR. Saisie et vente en justice des biens d'un débiteur. Bénéfice de discussion (cf. bénéfice). Sans division ni discussion. Solidairement (cf. CAP. 1936); ,,l'un pour l'autre et un seul pour le tout`` (Ac. 1835).
Loc. proverbiale. De la discussion jaillit la lumière. L'approche de la vérité naît d'une confrontation des idées, des opinions (cf. BLOY, Lieux communs, 1902, p. 116).
B. Conversation vive, altercation entre personnes ne parvenant pas à se mettre d'accord. Avoir des discussions avec tous ses voisins. On avait expulsé les valets afin d'être plus libre. La discussion tourna à l'aigre (GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1950, p. 127) :

3. Deux heures de récriminations, de discussions, d'engueulades entre les hommes, entre les gradés, se passèrent ainsi, dans la nuit et la neige, avant qu'on eût trouvé moyen de donner à tout le monde le petit morceau de ruine auquel il pensait avoir droit.
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, 1938, p. 113.

Rem. Dans un sens affaibli et fam. discussion en vient à signifier « conversation, bavardage ». Dans la discussion il m'a demandé de tes nouvelles :

4. La discussion commencée sur le pas de la porte se poursuivait dans les petits journaux qui naissaient toujours dans ces moments-là, sur les affiches suivantes.
ARAGON, Les Beaux-Quartiers, 1936, p. 97.

Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. 1694-1932. D'apr. FÉR. Crit. t. 1 1787, les écrivains sont partagés entre les orth. discussion et discution; auj. il n'y a plus d'hésitation et le mot a rejoint concussion, percussion, répercussion qui sont les seuls mots en [-] écrits par 2 s et non t. Cf. aussi succion écrit avec 2 c. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « examen attentif, contradictoire » (Moralités sur Job, 305, 2, 3 ds T.-L.); spéc. 1549 dr. faire discussion sur les biens du debteur (EST.); 2. 1752 « contestation » (Trév. Suppl.); 1792 « échange d'arguments » discussion scientifique (FLORIAN, Fables, p. 23). Empr. au lat. impérial discussio, -onis « examen attentif; discussion ». Fréq. abs. littér. : 3 261. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 4 739, b) 4 318; XXe s. : a) 4 975, b) 4 518.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polemiquons.forumactif.com
Sioban

avatar

Nombre de messages : 1243
Localisation : Genève
Date d'inscription : 27/06/2004

MessageSujet: Re: différence entre discussion-polémique   Mer 1 Juin - 23:27

Hobbes a écrit:
Citation :
POLÉMIQUE, subst. fém. et adj.
--------------------------------------------------------------------------------

POLÉMIQUE, subst. fém. et adj.
I. Subst. fém. Discussion, débat, controverse qui traduit de façon violente ou passionnée, et le plus souvent par écrit, des opinions contraires sur toutes espèces de sujets (politique, scientifique, littéraire, religieux, etc.); genre dont relèvent ces discussions. Engager, poursuivre une polémique avec qqn; aimer la polémique; faire de la polémique. Dites bien, je vous supplie, à vos bons parents qu'ils ne s'inquiètent de rien avec moi, qu'ils ne se croient pas obligés de gêner les polémiques littéraires ou politiques qu'ils pourraient juger nécessaires contre moi dans la nouvelle position où mes ennemis de toute nature et de tous rangs m'ont placé (HUGO, Corresp., 1832, p.516). Cette polémique que je viens d'avoir avec André Gide aura du moins eu l'intérêt, et pour moi-même, d'amener à la clarté les difficultés et les contradictions dans lesquelles se sont débattus cette année bien des intellectuels et des écrivains (GUÉHENNO, Journal «Révol.», 1937, p.85):
1. Il n'y a pas de vie sans dialogue. Et sur la plus grande partie du monde, le dialogue est remplacé aujourd'hui par la polémique. Le
XXe siècle est le siècle de la polémique et de l'insulte (...) Des milliers de voix jour et nuit, poursuivant chacune de son côté un tumultueux monologue, déversent sur les peuples un torrent de paroles mystificatrices, attaques, défenses, exaltations.
CAMUS, Actuelles I, 1948, p.258.

II. Adj. Qui est relatif, qui appartient à la polémique; qui se réclame du caractère de la polémique. Article, attitude, critique, écrit, écrivain, langage, style, ton polémique. Voilà la dernière fois que je t'entretiens sur cet objet; il doit régler ma conduite selon tes voeux, mais il ne doit plus être l'objet d'une discussion polémique (STAËL, Lettres jeun., 1790, p.407). M. Hamon n'approuvait pas les publications toutes polémiques, telles que Les imaginaires de Nicole, qui se poursuivaient alors; il y trouvait plus d'épines que de moelle nourrissante (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.4, 1859, p.197):

2. L'attitude d'un laïque et d'un libre penseur, qui, sans préoccupation polémique, étudie le divin, est peut-être bien ce qu'il y a de plus étranger à notre goût français.
BARRÈS, Voy. Sparte, 1906, p.25.

SÉMIOT. Principe, structure polémique. Principe, structure sur lesquels repose l'organisation narrative du discours quand elle est faite de confrontations d'idées (d'apr. GREIMAS-COURTÉS 1979).
REM. Polémiquement, adv. De façon polémique. Cicéron s'efforce de convaincre l'auditeur que la peur de la mort n'est pas justifiée, même chez ceux qui la croient définitive. Il reprend donc polémiquement l'argument d'Épicure contre les épicuriens (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p.50).
Prononc. et Orth.: []. Ac. 1718: polemique; dep. 1740: -lé-. Étymol. et Hist.1. 1578 chanson polémique «guerrière» (VIGENERE, Philostr., fo 24 ro ds GDF. Compl.); 1584 adj. «qui appartient à la dispute, par écrit» (BENEDICTI, Somme de pechez, 3e édit., 1595, p.425 ds Fr. mod. t.6, p.173); 2. 1619 subst. «discussion, controverse par écrit» (D'AUBIGNÉ, Trag., préf. ds GDF. Compl.). Empr. au gr. «qui concerne la guerre», «disposé à la guerre», «batailleur, querelleur». Fréq. abs. littér.: 351. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 463, b) 500; XXes.: a) 445, b) 561. Bbg. GALL. 1955, p.XVIII, pp.73-74.


Citation :
DISCUSSION, subst. fém.
A. Action de discuter, d'examiner en faisant preuve d'esprit critique; p. méton. débat au cours duquel un ou plusieurs interlocuteurs échangent des arguments contradictoires sur une question. Discussion d'un point de doctrine; donner matière à discussion; discussion d'un projet de loi :
1. Le troisième, que l'université ne proposait que comme un moyen extrême, c'était un concile général; mais elle semblait elle-même redouter l'esprit de faction, qui pourrait en animer les discussions.
BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 2, 1821-24, p. 124.

2. Les projets et les plans incompatibles en dynamique ne sont pas brutalement rendus compatibles ou concourants dans une lutte pure; ils sont orientés, coordonnés, arbitrés dans des procédures de consultations, de discussions, de compromis féconds.
PERROUX, L'Écon. du XXe s., 1964, p. 399.

Entrer en discussion. Venir à être discuté.
Spéc., DR. Saisie et vente en justice des biens d'un débiteur. Bénéfice de discussion (cf. bénéfice). Sans division ni discussion. Solidairement (cf. CAP. 1936); ,,l'un pour l'autre et un seul pour le tout`` (Ac. 1835).
Loc. proverbiale. De la discussion jaillit la lumière. L'approche de la vérité naît d'une confrontation des idées, des opinions (cf. BLOY, Lieux communs, 1902, p. 116).
B. Conversation vive, altercation entre personnes ne parvenant pas à se mettre d'accord. Avoir des discussions avec tous ses voisins. On avait expulsé les valets afin d'être plus libre. La discussion tourna à l'aigre (GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1950, p. 127) :

3. Deux heures de récriminations, de discussions, d'engueulades entre les hommes, entre les gradés, se passèrent ainsi, dans la nuit et la neige, avant qu'on eût trouvé moyen de donner à tout le monde le petit morceau de ruine auquel il pensait avoir droit.
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, 1938, p. 113.

Rem. Dans un sens affaibli et fam. discussion en vient à signifier « conversation, bavardage ». Dans la discussion il m'a demandé de tes nouvelles :

4. La discussion commencée sur le pas de la porte se poursuivait dans les petits journaux qui naissaient toujours dans ces moments-là, sur les affiches suivantes.
ARAGON, Les Beaux-Quartiers, 1936, p. 97.

Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. 1694-1932. D'apr. FÉR. Crit. t. 1 1787, les écrivains sont partagés entre les orth. discussion et discution; auj. il n'y a plus d'hésitation et le mot a rejoint concussion, percussion, répercussion qui sont les seuls mots en [-] écrits par 2 s et non t. Cf. aussi succion écrit avec 2 c. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « examen attentif, contradictoire » (Moralités sur Job, 305, 2, 3 ds T.-L.); spéc. 1549 dr. faire discussion sur les biens du debteur (EST.); 2. 1752 « contestation » (Trév. Suppl.); 1792 « échange d'arguments » discussion scientifique (FLORIAN, Fables, p. 23). Empr. au lat. impérial discussio, -onis « examen attentif; discussion ». Fréq. abs. littér. : 3 261. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 4 739, b) 4 318; XXe s. : a) 4 975, b) 4 518.


COUP DE COEUR à HOBBES QUI AIME PLUS éCRIRE QUE LIRE...

Pour moi une discussion implique que l'on aborde des thèmes en écoutant l'autre et en donnant son avis sans avoir envie de forcément le convaincre.

La polémique, c'est d'une part la volonté de convaincre l'autre et aussi le fait de choisir délibérément un sujet qui va faire des vagues.

(Hobbes, je suis comme toi, j'ai pas lu toute ta réponse... :oops:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
justeleblanc

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: différence entre discussion-polémique   Ven 3 Juin - 11:38

hobbes a tout dit

c est complique mais je crois comprendre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hihihi

avatar

Nombre de messages : 3342
Age : 80
Localisation : je prendrais bien une bonne grillade, moi...
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: différence entre discussion-polémique   Sam 4 Juin - 21:48

ben je me rends compte qu'avec ... euh , la grossesse peut-etre (???) , j'ai de moins en moins envie/gout/besoin de convaincre :oops:

du coup ca fait de moi une partisane plus de la discussion que de la polemique .... :oops:

mais tant pis, m'en fout! je reste quand-meme Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hobbes

avatar

Nombre de messages : 3257
Date d'inscription : 24/06/2004

MessageSujet: Re: différence entre discussion-polémique   Mer 8 Juin - 21:15

hihihi a écrit:
ben je me rends compte qu'avec ... euh , la grossesse peut-etre (???)

Question quoi, quoi ? C'est un scoop ça ?!? Quelle grossesse ? La dernière, l'actuelle, la future ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polemiquons.forumactif.com
hihihi

avatar

Nombre de messages : 3342
Age : 80
Localisation : je prendrais bien une bonne grillade, moi...
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: différence entre discussion-polémique   Jeu 9 Juin - 19:32

Hobbes a écrit:
hihihi a écrit:
ben je me rends compte qu'avec ... euh , la grossesse peut-etre (???)

Question quoi, quoi ? C'est un scoop ça ?!? Quelle grossesse ? La dernière, l'actuelle, la future ?
Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane

avatar

Nombre de messages : 165
Localisation : Près de chez ....
Date d'inscription : 30/05/2005

MessageSujet: Re: différence entre discussion-polémique   Jeu 9 Juin - 21:51

hihihi a écrit:
Hobbes a écrit:
hihihi a écrit:
ben je me rends compte qu'avec ... euh , la grossesse peut-etre (???)

Question quoi, quoi ? C'est un scoop ça ?!? Quelle grossesse ? La dernière, l'actuelle, la future ?
Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz

Et hobbes reprends toi, on est sur pol ici ! mdr manque toujours ce smile !
Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: différence entre discussion-polémique   

Revenir en haut Aller en bas
 
différence entre discussion-polémique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attention polémique !
» Colloque sur le "bien-être" animal & polémique
» La Loi Carle sur l'enseignement privé fait polémique
» "Madame écrit, monsieur adore" : la polémique Busnel/De Vigan.
» La guerre d'Algérie fait polémique au sein des célébrations 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Polémiquons :: Débats :: Philosophie-
Sauter vers: